fbpx

11 ANS D’EXPÉRIENCE EN ÉCO-CONSTRUCTION

Construire l’autonomie de demain

Tél : 04 43 36 18 24 – 06 72 43 35 08

 

 

Sommaire

Comment produire son chauffage et eau chaude ?

Il faut tout d’abord rappeler que produire une quantité d’énergie équivalente à sa consommation suffit pour se considérer autonome.

Il existe différentes solutions pour produire son chauffage et son eau chaude et ainsi devenir autonome pour sa production de chaleur :

  • le capteur à air ou solaire direct ;
  • le chauffage solaire ;
  • le chauffage par fenêtre pariétodynamique ;
  • le récupérateur de chaleur des eaux grises…

Consulter le dossier complet sur les solutions pour devenir autonome en chauffage et eau chaude >>>

Produire son electricité

Aujourd’hui 10 à 30m² de panneaux photovoltaïques peuvent couvrir la consommation d’un ménage français.

Les panneaux photovoltaïques 

Le composant essentiel des cellules d’un panneau photovoltaïque est un matériau semi-conduteur : le silicium. Les plaquettes comportent alors deux faces de polarité inverse ce qui permet, sous l’effet de la lumière, aux électrons de migrer d’une face à l’autre. Ils sont ensuite collectés par des fils métalliques afin de générer du courant électrique. Ces plaquettes sont recouvertes de plaques de verre afin de garantir une conservation de plus de 25 ans aux cellules. 

Les panneaux doivent être installés plein Sud et inclinés de 30° à 35° pour avoir des performances optimales.

Côté budget les panneaux photovoltaïques ne sont pas donnés à l’achat mais leur installation est désormais rentable car elle est amortie au bout de 6 à 10ans. 

Il faut compter en moyenne 8 000 à 12 000 euros pour un système raccordé au réseau de 3kWc. Le kilowatt crête (kWc) correspond à la puissance nominale que peut fournir un panneau soit une surface de 8m² et une production de 1 000kWh par an.

Le dimensionnement d’une installation doit prendre en compte les heures de présence à la maison, le nombre et la puissance des appareils électriques, etc. Pour s’assurer le meilleur rendement et devenir autonome grâce au photovoltaïque il faut se servir un maximum du courant lorsqu’il est produit. 

Tout savoir sur les panneaux photovoltaïque >>>  

Les éoliennes  

Je ne vais pas aborder ici le sujet brulant des éoliennes de 80 mètres de haut et visibles jusqu’à 11 km de distance. Il est question ici des éoliennes pour particulier, beaucoup plus discrète.

Avant tout, pour définir l’intérêt d’installer une éolienne pour produire de l’énergie, il faudra réaliser une étude de l’écoulement du vent. Cette étude devra être réalisée par un spécialiste qui déterminer si votre projet est pertinent. 

Exerçant en Auvergne, je n’ai jamais installé d’éolienne à ce jour mais, je côtoie des installateur quotidiennement. Nous partageons des bureaux. Donc, il s’avère qu’en France, pour une maison individuelle, seul la côte atlantique et une partie de la cote méditerranéenne sont intéressantes pour ce type d’installations. Certains massifs peuvent aussi être intéressant, à partir de 800 mètres d’altitude.

Pour le plupart des installations, l’éolienne de production régulière sera la plus performante.

Elle produit de l’énergie avec des vents très faibles et irréguliers, à partir de 25 km/h. De plus, cette éolienne est plus économique et donc le retour sur investissement plus rapide.

Comme pour la production d’électricité avec des panneaux photovoltaïque, l’éolien vous permettra d’autoconsommer, de stocker ou de revendre à ENEDIS votre énergie produite.

On peut tout à fait atteindre une certaine autonomie avec un petit parc éolien mais la maintenance et l’entretien seront plus couteux qu’avec le photovoltaïque. Il est parfois intéressant, selon la situation géographique, de mixer les 2 productions

L’installation micro-hydro-électrique 

Ce type d’installation est relativement simple. Il s’agit de dériver un cours d’eau et de diriger l’eau sur un point réduit, vers une roue. Dans le cadre de la roue Pelton ont réduire le passage de l’eau pour concentrer l’énergie.
 
La turbine demande évidemment un cours d’eau à proximité immédiate de votre habitation. Dans ce cas, elle sera capable de produire une énergie permanente si le débit l’eau (source, rivière,…) le permet.
 
Au cas ou le débit est intermittent, il est possible de stocker l’eau en hauteur et de récupérer l’énergie quand vous en aurez besoin. Ce type d’installation est plus complexe que le pose de panneaux photovoltaïque et demande, comme l’éolien, plus de maintenance…
 
Une des principale contrainte de la turbine est d’obtenir les autorisations administratives. La France étant ainsi fait, il faut en général des années pour avoir le droit de produire de l’énergie hydraulique
 

Récupérer son eau de pluie

On récupère l’eau de pluie depuis la nuit des temps pour toutes les utilisations, de l’arrosage à la boisson. Depuis que l’eau courante est arrivée dans les foyers occidentaux, nous avons un peu délaisser cette pratique. Pourtant, la recherche d’autonomie passe par la récupération d’eau de pluie.

La France ne manque pas d’eau (pas encore). De fait, les prix de l’eau sont assez faibles pour l’instant. Il faudra donc de longues années pour rentabiliser une installation, même simple. Mais, selon l’étude américaine du World Resources Institute, le stress hydrique deviendra critique dès 2040, voir la carte du site science Po sur l’étude du stress hydrique en 2040 >>>

La récupération de l’eau de pluie est un engagement aujourd’hui mais une nécessité pour demain.

On commencera par dimensionner la cuve selon la surface de collecte et les besoins (toilettes, lavage, arrosage,…). On installera ensuite la cuve enterrée, les réseaux, la pompe et les filtres.

En moyenne, l’eau utilisée pour les wc et l’arrosage représente environ 60% de la consommation d’un foyer. On pourra donc en premier lieu, envisager de répondre à ces besoins.

Pour en savoir beaucoup plus sur la gestion des eaux >>>

Comment devenir autonome en nourriture

La fragilité des services de distributions, la médiocrité des produits alimentaires et les prix poussent de plus en plus d’entre nous à chercher l’autonomie alimentaire. Tant mieux.

Ceux qui résident à la campagne auront beaucoup plus de facilité mais les jardins partagés, en ville, se multiplient.

Construire ou rénover une maison autonome, c’est aussi penser à son alimentation.

Les jardins collectifs ou jardins partagés sont une excellente solution. La plupart d’entre nous avons perdu les savoirs faire essentiels pour produire légumes et fruits. La collaboration permet de retrouver plus rapidement les savoirs perdus.

Mon Habitat Positif propose des serres bioclimatiques pour produire toute l’année et espérer une véritable autonomie.

 

La Permaculture

La permaculture n’est pas une nouvelle forme de jardinage. C’est une véritable philosophie de vie.

La construction de maison autonome peut faire partie de la permaculture.

La permaculture est une manière de concevoir qui s’inspire de la nature, comme le bioclimatisme pour la maison.

En permaculture, on étudie la nature pour la transposer à tous les systèmes humains comme l’éducation, l’agriculture, l’économie, l’énergie… 

On étudie. On observe. Et seulement ensuite, on interagit pour favoriser les interactions et le rendement. On bannit les énergies ou objets non renouvelables. La permaculture, pour l’habitat au sens large, c’est intégrer sa maison et son jardin intelligemment dans l’espace existant pour en tirer le meilleur parti.

Construction autonome

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Ici, on construit et rénove

ÉCO-RESPONSABLE

On vous garantit

Vous souhaitez échanger en direct avec nous ? Avec plaisir !
Toutes les demandes sont traitées en moins de 30 minutes !