fbpx

10 ANS D’EXPÉRIENCE EN ÉCO-CONSTRUCTION

Construire l’autonomie de demain

Tél : 04 43 36 18 24

Sommaire

Est-ce qu'une maison passive coute plus cher ?

Soyons clair, une maison passive et labellisée coutera d’avantage qu’une maison traditionnelle. Mais, construire une maison passive, c’est aussi un engagement citoyen.

Une maison passive coute plus chère en études et à la construction qu’une maison de “pavilloneur”. Nous avons estimer que le surcout est d’environ 20 à 30 %.

Certes, une maison passive sera plus économique en entretien (aucune surprise à prévoir pendant les 20 à 25 premières années). Seul le système de ventilation (vmc) devra être suivi et entretenu pour être efficace.

De plus, une maison passive sera incomparablement plus économique pour assurer le confort d’hiver (et quelquefois d’été) de ses habitants. Les surcouts de constructions seront compensés en partie par les économies d’énergie réalisées.

Le confort thermique, hygrométrique et acoustique est incomparable (surtout si les matériaux utilisés sont perspirants) entre une maison passive et une maison traditionnelle.

L’économie réalisée par la suppression de chauffage central très couteux à l’achat comme à l’entretien participe encore à l’avantage du passif.

Mais, le prix d’une maison passive implique un surcout qui ne sera pas retrouvé avant plusieurs dizaines d’années par rapport à une maison traditionnelle RT2012 ou même au-delà pour une maison bioclimatique (centaines d’années).

Peut-on espérer une rentabilité avec une maison passive ?

Avant tout, construire une maison passive n’a pas le même sens en Bretagne, en Auvergne ou sur la Côte d’Azur… Cela n’aura pas non plus la même rentabilité.

Pour évaluer un retour sur investissement, il faudra prendre plusieurs critères en comptes :

  • le cout du terrain ;
  • le cout de construction ;
  • le cout d’entretien ;
  • le cout des énergies (chauffage, électricité, eau chaude,…) ;

On pourra ainsi comparer si il est plus avantageux, sur une durée donnée de construire une maison passive (selon la norme) ou une maison bioclimatique ou une maison traditionnelle,…

Si l’on part du principe qu’une maison passive a besoin de 50% de chauffage de moins qu’un maison RT2012. Si une maison passive dépense 25 euros par mois en chauffage soit 300 euros/an (source www.lamaisonpassive.fr). On peut donc considérer qu’une maison RT2012 aura besoin de 600 euros/an de chauffage.

Pour une maison de 100M² le prix d’une maison passive sera d’environ 30 000 euros de plus qu’une maison traditionnelle (cela peu être beaucoup plus). On divisera donc cette somme par la différence de cout de chauffage pour connaitre le retour sur investissement. Ce qui nous donne 30 000 / 300 = 100 ans. C’est le temps qu’il vous faudra pour rattraper le surcout d’une maison passive par rapport à une maison RT2012. Ce calcul est simpliste mais, il donne un aperçu de la problématique.

Est-ce que la construction passive sera plus rentable à l'avenir ?

Selon plusieurs études internationales qui date de 2008 et avant, la demande en énergie devait totalement exploser en 2020 (Chine, Inde, Afrique, Amérique du Sud…). Les conséquences auraient été faciles à imaginer. Les couts de toutes les énergies auraient augmenté, en particulier les énergies non renouvelables. L’eau serait également un bien précieux, qu’on ne pourrait plus se permettre de gaspiller.
On prévoyait un cout du baril de pétrole autour de 200 $. Donc les chauffages au fuel et au gaz n’auraient été que des histoires anciennes.

Ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. La crise du COVID-19 et les crises financières sont passés par là. Le prix du pétrole est aujourd’hui, le 03/05/20, à 20 $ le baril. Cela prouve une chose, personne ne peut prédire l’avenir…

Malgré tout, pour préserver la planète, notre confort et notre portefeuille, la seule solution sera de consommer moins sauf si l’on dispose rapidement d’une énergie gratuite, illimité et continue.

Sans vouloir faire de prédictions, il parait évident que le prix des énergies, sur du long terme, ne peut qu’augmenter si la population mondiale s’accroit. On peut donc imaginer que la maison passive sera plus rentable dans ce cas de figure. Ce qui nous met dans une situation étrange. En effet, parier sur le passif, c’est parier sur le fait que l’humanité va probablement continuer sa croissance et consommer de plus en plus, donc polluer. Mais, c’est l’hypothèse la plus probable. Si ce n’est pas le cas, la décroissance maintiendra les prix des énergies bas et la maison passive sera peu rentable.

Mais, il existe une multitude de raison de construire ou rénover passif sans chercher une rentabilité :

  • La recherche de la performance optimum dans l’habitat ;
  • La réduction drastique de son empreinte carbone ;
  • La durabilité de son habitat ;
  • Le confort,…

La rénovation passive

Les chantiers de rénovations en passif sont fondamentaux parce qu’évidemment, tout le monde ne pourra pas abandonner son logement pour se faire construire une maison passive.

Il existe de très nombreux logement, en France et dans le monde qui sont des passoires énergétiques.

Dans le cas d’une rénovation profonde et complète, le passif peut-être envisagé. Il est à mon sens plus raisonnable de viser une performance passive sur du bâti existant que sur sur du neuf, en terme de rentabilité. C’est par contre, techniquement plus complexe.

En effet, pour atteindre une performance passive dans l’ancien, il faudra impérativement traiter les ponts thermiques, les sols,… Ce type de rénovation n’est envisageable que si l’on dispose d’un budget conséquent. Pour une rénovation, il faudra prévoir en moyenne 1800 €/M².
 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Ici, on construit et rénove

ÉCO-RESPONSABLE

On vous garantit

Vous souhaitez échanger en direct avec nous ? Avec plaisir !
Toutes les demandes sont traitées en moins de 30 minutes !