fbpx

11 ANS D’EXPÉRIENCE EN ÉCO-CONSTRUCTION

Construire l’autonomie de demain

Tél : 04 43 36 18 24 – 06 72 43 35 08

 

 

Sommaire

La durabilité des isolants

Choisir son isolant pour ses qualités durables

Il y a plusieurs critères pour choisir un isolant.

Le premier est souvent le prix et le second sa résistance thermique théorique (données fabricant).

Il vient ensuite sa distribution. En effet, la plupart d’entre nous ne seront pas prêt à faire 10 ou 20 km de plus pour se procurer un isolant même s’il est moins cher.

Enfin, les derniers critères seront d’ordre « écologique » ou plutôt sanitaire, respectueux du bâti, de l’environnement et l’énergie grise.

Un critère n’est jamais pris en compte et il dépasse à mon sens tous les autres, c’est la durabilité de l’isolant thermique. On pense souvent, un peu naïvement, qu’une laine de verre, un polyuréthane ou une laine de bois seront éternels ou surtout, on ne se pose pas la question. On ne se la pose pas plus pour les enduits extérieurs, la couverture, les menuiseries, … Mais, ces éléments sont plus durables et surtout prévus pour être remplacés. Ce n’est pas du tout le cas pour l’isolation !

Une fois que vous aurez isolé vos murs derrière une plaque de plâtre ou Fermacel, c’est définitif. On ne détruira jamais les cloisons ou le plafond pour changer l’isolant.

La durabilité des isolants

Je ne donnerai pas ici de durée en années pour chaque isolant. Beaucoup trop de critères influencent ce type de données. Il est évident que tous les isolants de construction de dégradent avec le temps mais, certain beaucoup plus vite que d’autres. Cette détérioration est liée aux matériaux les constituants, à la fabrication, la mise en œuvre et l’adéquation avec les matériaux environnants.

A mon sens, les isolants les plus fragiles sont les laines. Qu’elles soient en rouleaux ou en vrac, écologiques ou de synthèses, elles sont plus ou moins souples et se tassent. Pour limiter ce tassement dans le temps, il faudra être particulièrement attentif à la mise en œuvre. La pose d’un pare-vapeur ou frein-vapeur est indispensable.

Pour rappel, le pare-vapeur est une membrane plastique étanche à l’air et à l’eau. Le frein-vapeur est étanche à l’air mais, perméable à la vapeur d’eau. Il respire donc contrairement à son cousin.

Les DTU (règles de construction officiel), ne reconnaissent que le pare-vapeur comme membrane d’étanchéité.

Si vous choisissez de poser un isolant laineux synthétique, ils ne respirent pas. Cela peut se justifier si vous souhaitez isoler un garage en parpaing béton. Vous pourrez alors poser un pare-vapeur qui ne respirent pas non plus. Le mur sera totalement étanche, en théorie, si vous poser parfaitement la membrane d’étanchéité. La moindre fuite concentrera l’humidité en un point et dégradera la laine en très peu de temps (1 à 5 ans en fonction des différences de température intérieur/extérieur). La laine se gorgera d’eau, ne pourra pas l’évacuer rapidement puisqu’elle est étanche, et se tassera avec le poids de l’eau. Une fois asséchée, la laine sera un tapis (j’exagère un peu) … Ce type d’isolant demande donc une mise en œuvre parfaite. Ce qui à ma connaissance, n’est jamais le cas. On peut donc considérer que ce sont des isolants à courte durée de vie. De plus ces isolants sont incompatibles avec le bâti ancien qui a besoin de transfert d’humidité pour conserver ces propriétés physiques.

Si vous choisissez de poser un isolant laineux naturel, en principe respirant (laine de mouton, laine de chanvre, laine de bois…). Il faudra absolument l’associer à un frein-vapeur et respecter, dans toute l’épaisseur du mur, le passage de l’humidité. On évitera donc de mettre en œuvre du parpaing et un enduit ciment.

Dans ces conditions et si tout est parfaitement bien installé et que votre maison est correctement ventilée (voir ventilation),  vous pouvez envisager une longue vie à votre isolant laineux ou fibreux naturel.

Quels sont les isolants les plus durables ?

Sans aucun doute, il s’agit des isolants minéraux. On peut facilement comprendre qu’un mur en béton cellulaire, en chaux-chanvre ou en brique de terre cuite alvéolaire sera infiniment plus durable qu’une laine de verre ou même une laine de bois. 

Le minéral ne s’altère pas avec le temps. Sa durée de vie est liée à l’enduit extérieur de protection et dans une moindre mesure, à la ventilation intérieure (surtout pour la chaux chanvre). Mais, dans des conditions normales et avec un minimum de précautions, les isolants minéraux sont les plus fiables dans le temps.

L’isolation extérieure est-elle plus durables ?

C’est une évidence. L’ITE n’est pas soumise aux mêmes contraintes que l’isolation par l’intérieur (la norme en France).

Une fois de plus, l’isolation par l’extérieur sera d’autant plus durable et efficace quand elle est minérale (chaux-chanvre ou multipor).

On privilégiera ensuite la laine de bois d’une densité moyenne et en dernier les isolants synthétiques qui sont très peu durables surtout pour le bâti ancien (ou, pour moi, ils devraient être bannis !)

Pose de laine de bois Auvergne

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Ici, on construit et rénove

ÉCO-RESPONSABLE

On vous garantit

Vous souhaitez échanger en direct avec nous ? Avec plaisir !
Toutes les demandes sont traitées en moins de 30 minutes !