fbpx

11 ANS D’EXPÉRIENCE EN ÉCO-CONSTRUCTION

Construire l’autonomie de demain

Tél : 04 43 36 18 24 – 06 72 43 35 08

 

 

Sommaire

Entretenir ses menuiseries bois

Les menuiseries bois les plus durables sont aujourd’hui réalisées en lamellé collé

trois plis. Elles bénéficient d’une finition en lasure ou en peinture en 4 couches :

  1. fongicide et insecticide,
  2. primaire teinté,
  3. pré-finition composée d’une lasure d’imprégnation et de semi-finition,
  4. égrenage manuel,
  5. finition (250 microns humide de peinture).

A reception de l'ouvrage :

  • Vérifier que les cales de jeu sur les vantaux et/ou sur le bâti dormant aient bien été retirées.
  • Vérifier que les membranes de protection des joints aient été soigneusement et totalement enlevées.

Entretien courant :

  • Nettoyer les vitrages avec des produits conventionnels (ne pas utiliser de produits agressifs ou abrasifs).
  • Respecter les consignes particulières liées à la nature du vitrage quant au produit à utiliser (vitrages autonettoyants par exemple).

Puis une fois par an :

  • Dégager les gorges de récupération d’eau et les perçages de drainage par curage et aspiration. Nettoyer les rails et les chariots dans les menuiseries coulissantes.
  • Nettoyage des parties métalliques : Vos portes et fenêtres sont parfois équipées de pièces métalliques visibles telles qu’un seuil en aluminium ou une bavette en tôle laquée. Si cela s’avère nécessaire, ces éléments peuvent être nettoyés avec des produits spécifiques :
    – Pour l’aluminium anodisé, il conviendra d’éviter l’utilisation de produits acides ou basiques ainsi que l’emploi de tampons abrasifs trop grossiers (papier émeri, papier de verre, paille de fer), seule
    l’utilisation modérée d’abrasifs à grains fins peut être tolérée.
    – Pour les surfaces laquées, ne jamais utiliser d’essence, d’acétone, d’alcool, ou de produits acides ou alcalins qui fragilisent le revêtement ou altèrent sa couleur.
  • Ne jamais utiliser de produits abrasifs qui provoqueraient des rayures.
  • Pour le nettoyage courant, utiliser de l’eau additionnée d’un détergent doux, rincer à l’eau claire puis essuyer avec un chiffon doux absorbant et non pelucheux.
  • Nettoyage des entrées d’air : Lorsque les fenêtres sont équipées de mortaise de ventilations et de grilles, ces dernières doivent être nettoyées une fois par an. L’entretien consistera à effectuer un dépoussiérage et à veiller à ce que rien ne les obstrue. Le calfeutrement volontaire des grilles de ventilations est à prohiber car il empêche le renouvellement de l’air garant de la salubrité des locaux (condensation, odeurs).
  • Nettoyage des garnitures d’étanchéité : Ne jamais utiliser de solvants organiques comme l’éther de pétrole, de produits chlorés ou de produits abrasifs.
  • Les garnitures d’étanchéité ne doivent jamais être peintes car elles perdraient leur efficacité.
  • Si nécessaire, lubrifier crémone, serrure, fiches ou paumelles avec une graisse ou une huile exempte d’acide ou de résine.
  • Dépoussiérer et nettoyer le bois avec un chiffon humide afin d’enlever les poussières et pollens végétaux.
  • Toute accumulation de poussière à la surface diminue la durée de vie de la finition.
  • Inspecter l’état général du bois : Des altérations peuvent apparaître (chimique ou biologique). Il faut alors procéder à une reprise des éléments à plus tôt.
  • Inspecter le fonctionnement général de la menuiserie : en cas de disfonctionnement, si le vantail frotte contre le dormant, s’il chute visiblement du nez, si la poignée est anormalement difficile à manœuvrer, des réglages sont indispensables et doivent être réalisés.
  • Inspecter le vitrage et son calfeutrement : si vous constater de la condensation à l’intérieur du vitrage, un passage d’eau ou d’air sur sa périphérie ou une détérioration marquée de son calfeutrement, alors faites appel au SAV ou à un professionnel.
  • Observer l’état de la finition : cloquage, craquelage, écaillage. Selon l’observation de l’étendue de la dégradation de la finition, déterminer si un simple entretien est nécessaire (1 ou 2 couches de lasures sera
    nécessaire sans mettre à nu la surface par ponçage). La rigueur de cette observation et un entretien régulier vous permettra d’éviter une rénovation totale (faite par un professionnel avec ponçage complet de
    la menuiserie avant nouvelle finition).

Entretien et finitions :

  • Toutes menuiseries livrées avec une pré-finition (prépeint blanc ou ton chêne) doivent recevoir une finition définitive sous 3 mois maximum.
  • Une finition peut être transparente (appelée alors lasure, totalement incolore ou plus ou moins teintée) ou opaque (appelée peinture)
  • La fréquence d’entretien est surtout fonction de l’exposition de la menuiserie (pluie, soleil) : tous les 2 à 8 ans pour les finitions transparentes, tous les 5 à 15 ans pour les finitions opaques.
  • Une finition doit être microporeuse : c’est-à-dire perméable à la vapeur d’eau mais pas à l’eau liquide. C’est pourquoi il est préconisé 2 couches maximum pour un simple entretien (sur finition existante).
  • Utiliser le produit de finition mentionné par le fabricant. A défaut de se procurer la même référence, s’assurer de la composition identique du produit de finition ou de sa compatibilité avec la finition existante
    (en particulier produit à l’eau ou solvant organique).
  • Vous pouvez également appliquer le produit rénovateur recommandé par certains fabricants qui permet de protéger la finition et de garder son éclat. Bien insister sur les parties planes horizontales extérieures (jets d’eau, parcloses basses, pièce d’appui, petit bois horizontaux…).
  • Ne pas appliquer de finition sur les pièces métalliques (organes de rotation, crémones, seuil aluminium…) et les joints (protéger au mieux ces éléments).
  •  

Entretien de la finition :

  • Nettoyer avec un chiffon humide et brosser avec une brosse nylon
  • Egrener la finition existante en utilisant un papier abrasif à grain très fin (150 minimum) ou une éponge à égrener (racloir mousse avec papier abrasif). ATTENTION : ne pas trop appuyer, il ne s’agit pas d’un ponçage.
  • Epousseter minutieusement (le support doit être nettoyé de tout poussière). L’utilisation d’une soufflette est idéale, mais un aspirateur domestique ou un plumeau peut très bien convenir.
  • Appliquer la première couche qui peut être diluée selon les indications du fabricant si vous optez pour 2 couches. Sinon utilisez le produit pur.
  • Si vous optez pour 2 couches, refaire un égrenage et époussetage, puis appliquer la deuxième couche non diluée.
  • ATTENTION : bien respecter le temps de séchage entre couches prescrites par le fabricant. Il est généralement de 24 heures pour les produits en phase solvant et de 6 heures en phase aqueuse.
  •  

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Ici, on construit et rénove

ÉCO-RESPONSABLE

On vous garantit

Vous souhaitez échanger en direct avec nous ? Avec plaisir !
Toutes les demandes sont traitées en moins de 30 minutes !